A propos

Lucie l’exploratrice ! (photographe : Anaïs Charlier)

Les petits points sur la carte… ce sont des petites villes (parfois moyennes), des villages, ces endroits où on ne se verrait pas forcément passer ses vacances. Mal connus, ou mal aimés, ce sont des endroits dont on vous dira : « Mais qu’est-ce que tu es allé(e) faire là-bas ? Il n’y a rien à voir ! ». 

J’ai étudié l’architecture, et cela m’a forgé un regard particulier sur les villes et les bâtiments. Quand je voyage, j’aime comprendre ce qu’il y a derrière les pierres et derrière les paysages : qui les a façonnés ? Pourquoi ? Et comment ? 

Mais c’est surtout depuis mon Erasmus de dix mois dans l’incroyable ville de Naples que mon envie d’explorer s’est déclarée… et une curiosité irrépressible pour l’Italie, que mon arrière-grand-père avait quitté avec les siens un siècle plus tôt. Avec la thèse (de doctorat), j’ai eu la chance de revenir souvent dans la région Campanie, dans l’arrière-pays cette fois, dans une petite province absolument inconnue des touristes et pourtant fort intéressante : l’Irpinia. 

Ma petite voiture rouge, fidèle alliée de mes explorations !

En apprenant à connaître ce territoire, j’ai découvert ses fragilités mais aussi ses trésors cachés, et j’ai compris que le dépaysement se situe aussi là où on ne l’attend pas. Puisque j’ai analysé le développement de ce territoire, j’ai pris aussi conscience du poids que nos choix de vacances représentent dans le développement d’un pays ou d’une région. Si certaines villes sont bondées et si leurs habitants souhaitent voir moins de touristes, à l’inverse, certains territoires à l’économie fragile espèrent que le tourisme pourra créer davantage d’opportunités économiques, d’emplois pour les jeunes notamment.

On va tous dans les mêmes endroits, alors qu’il y a tant d’autres espaces qui pourraient satisfaire nos envies d’évasion !

J’ai réalisé la puissance des stéréotypes que nous avons tous sur certains lieux, qui nous font rejeter certains espaces alors même que nous n’avons jamais pris la peine de nous y intéresser vraiment. Bref, ma rencontre avec l’Irpinia a changé ma manière d’appréhender le voyage, et m’a donné envie de partir à la recherche de ces endroits mal connus, mal aimés, et qui pourtant recèlent de belles surprises pour ceux qui ont le courage de s’y arrêter. Et essayer, par la même occasion, de valoriser les belles énergies de ces territoires, ces habitants passionnés et passionnants qui les rendent si culturellement riches.

D’où l’idée d’un blog sur les tiny points, les petits points sur la carte. L’objectif n’est pas de vous inciter à visiter spécifiquement les villes et villages dont je vais vous parler dans les différents articles… mais peut-être davantage de vous inviter à identifier les petits points de vos régions, ou les villes sur lesquelles vous avez quelques a priori afin d’aller peut-être les découvrir un de ces jours (et dès que ce sera autorisé !).

N’hésitez pas à partager avec moi vos petites explorations !! 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s